Ghibli version jazz

Avant de défenestrer mon cerveau à coup de Meshuggah, une petite version jazz d’une des chansons du « Voyage de Chihiro » d’Ayao Mizazaki, « Itsumo Nandodemo » de Joe Hisaishi devrait bien me préparer au déluge sonore métallique.

Comme je suis de bon poil ce soir je vous offre les paroles en français.


 

Itsumo Nandodemo

Elle m’appelle, cette voix, tout au fond de mon coeur
Je voudrais ne rêver que de rêves qui m’exaltent
J’ai traversé des océans de tristesse
Mais je sais que sur l’autre rive, je te rencontrerai sûrement

Je suis ce voyageur qui répète les mêmes erreurs
Mais qui connaît le bleu du ciel pour l’avoir exploré à chaque chute
Le chemin semble long et interminable, mais je peux, de ces deux bras, étreindre la lumière
Mon coeur cesse de battre quand je te dis adieu
Mon corps vide et silencieux tend l’oreille vers le monde
Le merveilleux de la vie, le merveilleux de la mort

Les fleurs, le vent et les villes
Participent du même merveilleux

Elle m’appelle, cette voix tout au fond de mon cœur
Rêvons toujours les mêmes rêves aimés

Plutôt que d’énumérer la ritournelle des malheurs
Servons-nous des mêmes lèvres pour chanter joyeusement
Cette voix enfermée dans chaque souvenir
Continuons d’en écouter et d’en garder précieusement le chuchotement
Au-dessus du mirroir brisé en mille morceaux
Des milliers de nouveaux paysages sont maintenant reflétés

A travers la fenêtre paisible du premier matin
Mon corps vide et silencieux va s’emplir d’une vie nouvelle

Plus besoin de chercher au-delà des mers
L’étincelle du bonheur est là, près de moi
Je l’ai enfin trouvée, elle est au fond de moi

View All

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *